Production eau chaude sanitaire, accumulation, semi instanée, générateur, échangeur, bouclage
English site
| Accueil | Thématique | Energies renouvelables | Tables | Programmes | Biblio | Téléchargement | Liens | Contact | Forum |
_Vous êtes dans la rubrique  
--
 
Production eau chaude sanitaire
Thématique
Etude de prix
Hydraulique
Thermique
Plomberie
Fluides divers
Calculs types



 

1 - Production eau chaude sanitaire (Installations collectives)

Il est généralement admis d'utiliser la même source d'énergie à la fois pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire comme par exemples :

  • Chauffage électrique Production ECS électrique
  • Chauffage gaz Production ECS gaz
  • Chauffage fuel production ECS fuel.

Dans certains cas ce choix peut être modulé, comme par exemple où la puissance électrique implique l'installation d'un transformateur privé.

Dans tous les cas le choix de l'énergie devra tenir compte des caractéristiques du site comme par exemple :

  • la distribution ou non du gaz de ville,
  • les contraintes architecturales (cheminée, etc.),
  • la nécessité ou non de mise en place d'un transformateur privé (au-dessus de 250 kVA),
  • les contraintes de sécurité (ERP, etc.).

L'installation d’une production ECS à usage collectif présente un certain nombre d'avantages :

  • elle permet un amortissement de la consommation de pointe sur l'ensemble des points de puisage,
  • le volume de stockage est réduit dans le cas d’une production ECS en semi-instantanée ou semi-accumulation,
  • la possibilité de choisir sur différents types d’énergie (gaz, électricité avec double tarif, fuel, solaire, etc.)

Mais il y a aussi des inconvénients tels que :

  • la création des réseaux de distribution d’eau chaude sanitaire (ECS) et des retours de boucle,
  • les pertes d’énergie sur les réseaux de distribution ECS y compris les  bouclages,
  • la nécessité de mettre en place des comptages individuels pour établir les répartitions des frais de charges.

Les installations individuelles de production ECS dans un immeuble collectif peuvent être intéressantes puisque la production d'ECS fonctionne seulement lorsque l'appartement est occupé. Cela évite aussi les facturations des consommations d’ECS (réduction des charges collectives) et diminue les problèmes de maintenance difficiles à maitriser dans une collectivité.

Par contre les choix d’énergies sont plus limités et l’utilisation de l’électricité avec double tarif est moins intéressante par rapport à une installation ECS à usage collectif. En outre après épuisement de l'ECS contenue dans un ballon électrique, il faut un certain temps pour réchauffer l'eau en cas de relance de jour.

 

 

2 - Différents modes de production ECS

La production d'ECS est dimensionnée en tenant compte de la capacité et de la puissance à installer afin de permettre la satisfaction de l'ensemble des besoins sur l’ensemble de la journée.

Les différents modes de production d’ECS sont classifiés soit en :

  • production instantanée,
  • production semi-instantanée
  • production semi-accumulation,
  • production en accumulation.

La différence entre ces types de production ECS provient du rapport entre la puissance thermique utile réservée à produire de l’ECS et le volume de stockage choisi pour assurer le confort d’utilisation.  

En instantané :

  • La base de calcul est effectuée sur la consommation de pointe sur 10 mn,
  •   La puissance thermique de l'échangeur de chaleur est déterminé sur cette consommation d’'eau chaude de pointe.

En semi-instantané :

  • La base de calcul est effectuée sur la consommation de pointe sur 10 mn,
  • Le stockage ECS permet d’amortir la puissance thermique notamment sur la pointe de 10 minutes,
  • L'échangeur de chaleur produit le complément,
  • Le stockage d’énergie sur le réservoir se reconstitue après cette consommation de pointe.

En semi-accumulation

  • La base de calcul se fait sur la consommation horaire de pointe
  • Le stockage ECS permet de réduire la puissance thermique sur les pointes horaires
  • L'échangeur de chaleur produit le complément
  • Le stockage d’énergie sur le réservoir se reconstitue entre deux pointes  

En accumulation

  • Le stockage ECS représente la totalité de la consommation journalière
  • Le stockage ECS est utilisé au cours de la journée
  • Le réchauffeur reconstitue le stockage d’énergie dans les réservoirs au cours de la journée notamment de nuit lorsqu’il s’agit de résistances électriques (période limitée du fait des heures creuses EDF)

 


 

 3 - Calculs hydrauliques installations sanitaires ECS

 

3.1 - Calculs des débits ECS des équipements sanitaires

La température de l’eau utilisée (au point de puisage) doit être comprise entre 35 et 40 °C si celle-ci est en contact avec le corps humain, mais d’au moins 55 °C en cuisine par exemple s’il s’agit de décoller spontanément des graisses sans détergent. La température de consigne n’est donc pas la même pour certains usages.

Tableau des débits de base selon le DTU 2013 et la température au point de puisage généralement admise avec conversion des débits à la température des points de puisage.

Les débits indiqués ci-dessus sont valables à la sortie d’un robinet d’eau froide, d’eau chaude ou d’un mitigeur.

La température de production de l’ECS est généralement différente de la température de distribution. Sa valeur est parfois limitée par construction au niveau du réchauffeur, mais il est généralement inutile de dépasser 60 °C car on augmenterait alors le coût de la préparation à l’exception d’une production à énergie électrique par accumulation.

La température de l’ECS est distribuée à 60°C au départ de la production ECS et de l’ordre de ± 55°C en fin de réseaux c’est-à-dire une chute température sur réseau de ± 5°C due aux pertes de chaleur en ligne.

 

3.2 - Conversion des débits d’eau chaude en eau mitigée

La température au niveau de la production ECS est plus élevée en général que l’eau chaude utilisée  au point de puisage, il faudra donc dans ce cas-là mélanger l’eau chaude à de l’eau froide afin d’obtenir une eau à température appropriée à la sortie du robinet puisage.

Le calcul du débit équivalent sur un équipement sanitaire par mélange d’eau (mitigeur par exemple) est défini par la formule suivante :

                       

   

  • Qecs : Débit équivalent ECS en amont du puisage
  • Qf     : Débit eau froide équivalent en amont du puisage
  • Qdtu : Débit de base ECS en eau mitigée de l’équipement sanitaire (DTU 60.11)
  •   Tm : Température ECS au point de puisage
  • Tf : Température de l'eau froide sanitaire ± 10°
  • Tecs : Température ECS distribuée en fin de réseaux ± 55°C (60°C au départ de la production ECS et avec une- chute température réseau ± 5°C)  

3.3 - Coefficient de simultanéité en fonction du nombre d'appareils installés

Il dépend du type de construction (collectivité, résidentiel,…) et du nombre de robinetteries à alimenter.

Les hypothèses de simultanéité pour le calcul des débits des réseaux d'alimentation en eau des parties collectives seront définies selon le coefficient de simultanéité ci-après :

 Avec :

  • x = nombre d’appareils sanitaires installés

Coefficient de majoration à appliquer pour les équipements si nécessaire :

  • Hôtels                         : x = 1,25 (Sous réserve)
  • cuisine                         : x = 1,50 ou 2  

Nota1 : Dans le cas des écoles, internats, stades, gymnases, casernes, il faut considérer que tous les lavabos ou douches peuvent fonctionner simultanément, sauf si l'installation est équipée de robinets à fermeture temporisée.

Nota2 : Dans le cas des hôpitaux, maisons de retraite et foyers de personnes âgées et bureaux, le coefficient de simultanéité n'est pas affecté d'un facteur particulier.

Pour x £ 5 appareils, le calcul du diamètre des réseaux sera établi en fonction des coefficients attribués à chaque appareil sanitaire.

 

3.4 - Calcul du débit probable (Débit instantané)

Le débit probable permet de dimensionner les réseaux de distribution ECS. Il sera déterminé par la somme des débits des différents équipements sanitaires multipliés par le coefficient de simultanéité selon le chapitre précédent.

 


 

4 - Dimensionnement production ECS en habitats collectifs

 

Evaluation des besoins ECS dans les immeubles d’habitation

 

Les principaux critères généralement admis sont :

  • le débit instantané pour pouvoir effectuer le dimensionnement des réseaux de distribution d’eau
  • le débit de pointe sur dix minutes.
  • le débit horaire maximal
  • a consommation globale journalière

L'évaluation de ces critères doit tenir compte de nombreux paramètres qui rendent aléatoire toute méthode de calcul empirique, et doit faire appel à l'expérience propre de chaque constructeur, prescripteur ou installateur, etc.

Ces critères sont de plusieurs types :

  • Quantitatif : nombre de personnes, de points de puisage, de chambres, de logements.

  • Qualitatif : type de logement, caractéristiques de l’équipement (douche, baignoire, etc.)

 

4.1 - Déterminer le nombre de logements standards « N »

L’évaluation des besoins en logement collectif est effectuée sur la consommation moyenne journalière d’un logement, dit standard, de 160 litres d’eau à 55…60° C.

Le logement standard par hypothèse est un appartement de 3 à 4 pièces occupé par 3 à 4 personnes et comportant les équipements tels que : 1 lavabo, 1 baignoire et 1 évier.

Lorsque les équipements des appartements sont différents : on applique des coefficients correctifs pour calculer un nombre fictif de logements standards équivalents (N) en fonction des seuls équipements les plus consommateurs en prenant pour référence la consommation d'une baignoire standard.

Pour déterminer le nombre de logements unitaires « N ».

  • N = Nombre équivalent de logements standards

Exemple : Immeuble d’habitation avec de 85 logements (n) constitués de différents logements équipés d’équipements sanitaires spécifiques. Le tableau suivant synthétise la conversion en nombre de logements standards (N) de cet ensemble

4.2 - Coefficient de simultanéité ECS pour les logements

Pour obtenir la consommation maximale d'un ensemble de logements standards pendant l'heure de pointe, il faut considérer un coefficient de simultanéité (S) qui tient compte du foisonnement des divers soutirages dans les logements.

  • S = Coefficient de simultanéité logement.

4.3 - Consommation ECS journalière en logement standard

La consommation journalière d’un logement type est de 160 litres à 55°C. En conséquence la consommation journalière d’un l'immeuble sera déterminée de la façon suivante :

  • N = Nombre équivalent de logements standards

 

4.3 - Consommation horaire de pointe (base de dimensionnement en semi accumulation)

Les pointes hebdomadaires correspondent aux jours de la semaine privilégiés pour la prise des bains, soit les vendredis, samedis et dimanches. Ces périodes de consommation maximale servent à la détermination du sytème de production d'eau chaude.

Donc, la consommation moyenne horaire durant la période de pointe (Tpht) est évaluée à :

  • N = Nombre équivalent de logements standards
  • S = Coefficient de simultanéité logement

On constate que 75 % du soutirage journalier se fait en moyenne pendant cette période de pointe de durée (Thpt) et que 99 % environ du soutirage s'effectue sur lcette période.

La période de pointe (Thpt) est calculée de la manière suivante :

Par simplification on peut admettre que la période Thpt est l'inverse du coefficient de simultanéité (S)

 

4.4 - Consommation de pointe sur 10 mn

Dans le cadre d’un dimensionnement d’un système production ECS en instantané ou en semi instantané, la période de pointe de référence est de 10 mn. L'équipement sanitaire dans une unité d’habitation n’est utilisé que par une seule personne quel que soit le nombre d'occupants.

La consommation durant la période de pointe sur 10 mn est évaluée à :

  • N = Nombre équivalent de logements standards
  • S = Coefficient de simultanéité logement


 

Calcul puissance thermique ECS en immeuble d’habitation

 

4.5 - Calcul puissance thermique (Formule générale)

La puissance thermique utile d’iun système de production d’ECS peut s’inscrire de façon générale de la manière suivante:

 

 


  • P : Puissance thermique réchauffage ECS (en kW),
  • ΔT est l’écart de température en °C entre l’aller et le retour de la boucle)
  • Cstock = Capacité de stokage
  • Q = Volume d’eau à soutirer pendant lune période Thpt
  • Thpt = Période de soutirage (tempsde puisage)

Sans volume tampon, l’échangeur ECS doit assurer le réchauffage du débit de pointe le plus contraignant.

 

4.6 - Puissance thermique en système instantané

Dans un système sans stockage toute l'E.C.S. produite l'est à partir d'un réchauffeur qui délivre instantanément les besoins appelés. Aucun stockage n'est prévu. Le réchauffeur doit donc être calculé pour permettre de passer n'importe quelle pointe de demande et en particulier celle sur 10 minutes qui est la plus contraignante. Ceci est défini de la façon suivante :

  • P : Puissance thermique réchauffage ECS (en kW),
  • N = Nombre équivalent de logements standards,
  • S = Coefficient de simultanéité logement,
  • ΔT = Ecart de température en K entre le départ de la production ECS et l’alimentation eau froide,

Avec un système de production ECS de type instantané, la puissance thermique utile n’intègre pas les pertes de chaleur des réseaux de distribution ECS et des retours de boucles car lors des consommations de pointe il n'y a plus bouclage et donc dans ce cas-là ces pertes de chaleur sont nulles et donc par conséquence il n’y a pas de surpuissance à prévoir en plus.

Le choix d’une température d'eau à 60°C au départ de l’échangeur avec une production instantanée permet de compenser les variations de chute de température de l'eau lors des soutirages notamment à cause d’un manque de réactivité du système de régulation de température.

 

4.7 - Puissance thermique en système semi-instantané  (Base de calcul sur la consommation de pointe sur 10 mn)

Avec la mise en place d’une capacité de stockage tampon, le système permet d’absorber en partie les pointes sur 10 minutes tout en réduisant la puissance de réchauffage.

Pour résumer : Énergie échangeur pendant 10 mn = Énergie à puiser pendant 10 mn - Énergie contenue dans le stock

Et la formule de calcul concernant la puissance thermique (donc sur une heure) sera donc :

  • P : Puissance thermique réchauffage ECS (en kW),
  • N = Nombre équivalent de logements standards,
  • S = Coefficient de simultanéité logement,
  • Cstock = Capacité de stokage (en L),
  • ΔT = Ecart de température en K entre le départ de la production ECS et l’alimentation eau froide,
  • R = Coefficient d'efficacité thermique du système,
  • Pdist = Pertes thermiques de la distribution ECS et du retour de boucle.

Nota :Les besoins ECS sont donnés sur une base de 55°C, La puissance P sera calculée sur un départ à 60°C permettant de couvrir les pertes thermiques (Pdist) sur la distribution ECS.

 

Limite du stockage

La frontière entre le système semi-instantané et le système semi-accumulation est la quantité du volume du stockage en eau (Cstock). En semi-instantané le volume sera limité tout au plus selon la formule suivante : . Au-delà il sera classé comme un système de type semi-accumulation.

 

4.8 - Puissance thermique avec système en semi-accumulation (Base de calcul sur la consommation horaire de pointe)

Au cours de cette pointe horaire un appartement consomme 75 % de la consommation moyenne journalière

Dans ce système, la capacité de stockage mise en jeu devient très importante. De plus, le système est capable d’assurer les besoins exprimés pendant une période égale à une fois la période dite de bains.

  • P : Puissance thermique réchauffage ECS (en kW),

  • N = Nombre équivalent de logements standards,
  • Cstock = Capacité de stokage (en L),
  • ΔT = Ecart de température en K entre le départ de la production ECS et l’alimentation eau froide,
  • R = Coefficient d'efficacité thermique du système,
  • Pdist = Pertes thermiques de la distribution ECS et du retour de boucle

Nota : Comme en semi-instantané, les besoins ECS sont donnés sur une base de 55°C, La puissance P sera calculée sur un départ à 60°C permettant de couvrir les pertes thermiques (Pdist) sur la distribution ECS.

 

Limite du stockage en système semi-accumulation

A tout moment le stock d'eau chaude doit pouvoir se reconstituer dans un délais acceptable permettant de  mieux gérer des puisages importants et exceptionnels

La puissance de réchauffage d’un stockage doit permettre d’élever la capacité de stockage à la température d’utilsation et dans un temps souhaité mais limité à 8 heures.

De ce fait, la capacité de stockage en eau maximale sera limitée afin que le réchauffeur puisse, en dehors des soutirages, remonter en température le ballon tampon à la bonne température.

Donc la capacité de stockage (Cstock) peut se résume de cette manière là :

  • N = Nombre équivalent de logements standards,
  • S = Coefficient de simultanéité logement,
  • Cstock = Capacité de stokage (en L),
  • Thr : Temps de réchauffage imposé sur le stockage (1/S … à 8 h)

 

 

Graphique de synthèse sur la production ECS en habitat

 

Les systèmes de type semi-instantané et semi-accumulation ont la caractéristique essentielle d'être stables. Ils offrent un service très confortable et ceci même pour un réglage de la température de soutirage à 50 ou à 55° C. Ils permettent enfin d'abaisser sérieusement les puissances à mettre en jeu et donc de bénéficier d'un rendement global intéressant.

 

 


 

5 - Dimensionnement production ECS (collectivités & tertiaire)

 

5.1 - Evaluation des besoins ECS selon le type d'activité

Le tableau suivant donne à titre indicatif des estimations de consommations moyennes d’eau chaude sanitaire (ECS) journalières sur une base de 55°C selon le type d’établissement ou d’activité et par unité (Utilisateur, repas, etc.)

Nota :Les besoins ECS sont donnés sur une base de 55°C, La puissance P sera calculée sur un départ à 60°C permettant de couvrir les pertes thermiques (Pdist) sur la distribution ECS.

 

5.2 - Profil de puisage

Dans le secteur tertiaire et dans les collectivités, il est fréquent que le profil de puisage rencontré soit en fonctionnement discontinu.

Pour certains types d’utilisation, comme dans le cas des centres sportifs, piscines, football, etc., l’évaluation des besoins ECS peut se faire en fonction du nombre de points de puisage, du type d’activité et du nombre de sportifs susceptibles d’utiliser simultanément les équipements sanitaires.

On évalue le nombre de personnes qui prendront une douche après un événement sportif. On compte 10 min par douche, on peut évaluer la durée de passage de toutes les personnes sous la douche. Une douche représente 50 litres d'eau à 40 °C

Cela permet de connaître la durée de la pointe et la quantité d'eau qui y est consommée

 

5.3 - Coefficients horaires de soutirage et de répartition des quantités consommées

Il est important de connaitre la quantité d'eau chaude puisée et du profil journalier de consommation d’eau chaude du ou des bâtiments pour dimensionner correctement l'appareil de production, quel que soit le système choisi.

Le dimensionnement d’une installation d’ECS en semi-instantané ou en semi-accumulation sera basé sur le profil journalier du puisage ou de la consommation d’eau chaude du ou des bâtiments et sur la reconstitution du stockage d’énergie dans les conditions réelle de fonctionnement.

Etablir le profil de puisage consiste à déterminer pour les différentes journées sur une semaine standard, les besoins en eau chaude heure par heure.

La méthode de calcul Th-CE 2008 dans le cadre du calcul réglementaire des consommations d’énergie donne des indications utiles dans le chapitre 8 sur les besoins d‘ECS notamment dans le Tableau 19

Le Tableau 19 présente les coefficients ah les clés de répartition, pour chaque usage ou type d’activité considéré et rappellent les jours de la semaine pendant lesquels ils s’appliquent.  

 

 

Dans le tableau suivant, on peut donc aisément à partir des coefficients ah des clés de répartition hebdomadaire avec les coefficients horaires de soutirage les quantités consommées sur une semaine de 5 ou 7 jours selon le cas le profil de la répartition établir en pourcentage des consommations horaires ECS dans la journée.

 

  • ah = coefficient horaire de la clé de répartition des besoins d’ECS afférente à l’usage considéré,
  • hj % : Résultante de la clé de répartition en % par heure des consommations ECS sur une journée

Cas particuliers

Dans certains cas éventuellement, les débits de pointe dépendent du type d'hôtel, de son niveau de luxe et de son implantation

  • Hôtels de tourisme : pointe de 2 heures représentant 60 % de la consommation journalière
  • Hôtels d'affaires ou hôtels à la montagne : pointe concentrée sur une heure.

 

5.5 - Volume de consommation horaire de pointe

Le volume de consommation de pointe (Vhpt) est déterminé sur la période horaire la plus contraignante.

 

 

 

  • QJ = Consommations journalière d'eau chaude sanitaire (ECS)
  • tp  = temps de puisage (heure)

Par exemple en hôtellerie on a 50% de la consommation journalière (Qj) qui est effectuée  le matin entre 7 et 9 heures et 40% entre 18 et 20 heures.

 

 

5.6 - Calcul puissance thermique - Méthode de calcul pour des puisages discontinus

Théoriquement cette méthode n’est applicable que si l’on considère qu’aucun puisage n’est effectué entre deux périodes de consommation de pointes et que le stock d’eau chaude est reconstitué durant cette période. Le système de production ECS sera  dimensionné pour satisfaire sur la période de pointe la plus contraignante.

 

 

L’énergie thermique utile lors d’un cycle de puisage sera :

 

 


Compatibilité volume et puissance thermique

L’énergie utile durant un cycle de puisage ECS est égale à l’énergie contenue dans le stock plus l’énergie fournie par l'échangeur.

Et l’énergie thermique fournie par l’échangeur sera :

L’énergie consommée étant supérieure à l’énergie fournie par l’échangeur lors du puisage, la différence doit être contenue dans l’eau chaude stockée durant le puisage qui sera reconstituée après le puisage :

Ce qui donne :    

L’énergie fournie par l'échangeur durant la période de reconstitution du stock = Energie nécessaire pour augmenter la température du stock jusqu'à la température maximum de stockage

 

 

Soit :

   

  • Vhpt = Volume de consommation d'eau durant la période de pointe la plus contraignante, (litres)
  • Cstock = Capacité de stockage du réservoir (litres)
  • Tstock = température de l'eau stockée (°C)
  • Tdist = Température au départ de la production ECS (°C)
  • Tef  = température de l'eau froide (°C)
  • R = Rendement stockage d’énergie ECS (Stratification et pertes thermiques)
  • tp  = temps de puisage (heure)
  • t= temps de reconstitution du stock entre 2 pointes de puisage (heure)
  • 0,05 = temps d'attente en heure entre le début du puisage et la mise en action de l'échangeur
  • P = puissance de l'échangeur (kW)
  • Pdist = Pertes thermiques sur la distribution ECS et retour de boucle

 

Phase reconstruction du stock d’énergie dans le réservoir et compatibilité avec le générateur de chaleur

La reconstitution du  stock d'eau chaude doit pouvoir se faire dans un délais acceptable permettant de  mieux gérer des puisages importants et exceptionnels ou imprévus. Quelques que soit le cas, la puissance thermique de l’échangeur doit être au minimum supérieure de 12% voire 15% de la consommation journalière durant cette période.

En outre, lorsque la production de chaleur est associée avec celle du chauffage, il serait préférable de s’assurer que la puissance thermique utile de la production d’ECS ne soit pas trop éloignée à celle du générateur de chaleur : Puissance de l’échangeur ECS > 30 % de la puissance chaudière.

En effet, plus l’écart de puissance sera grand et plus les cycles de fonctionnement du générateur de chaleur seront courts pour assurer la production d’ECS, ce qui va engendrer une baisse du rendement de la production de chaleur.

 

5.7 - Observations

Avec le même volume de consommation ECS sur une période de pointe, plus le temps de puisage est court et plus la capacité de stockage sera importante.

Le coefficient d’efficacité du stockage d’énergie (la stratification de l’eau dans le réservoir) interagit seulement sur le volume de stockage

La quantité d’énergie utilisée sur un cycle de puisage (tp + tr) de même durée reste toujours la même.

Exemple N°1 :

Si on inverse les temps de puisage / réchauffage – La puissance thermique reste la même mais la capacité de stockage augmente.

 

 

Exemple N°2 :

Si on augmente le temps de cycle (tp + tr), la puissance thermique diminue mais la capacité de stockage augmente par rapport au cas précédent.

 

 

Par contre si la puissance thermique de l’échangeur doit être > à 15% des besoins thermiques de la journée la

 

 

6 - Programme de calcul EcsTherm

Le programme de calcul EcsTherm permet de dimensionner très rapidement une installation de production d’eau chaude sanitaire pour différents types d’applications.

Le programme est constitué de 2 feulles de calcul, à savoir :

  • Une feuille de calcul pour les habitats collectifs,
  • Une feuille de calcul dans les secteurs tertiaires et collectivités (hôtels, foyers, maisons de retraites, restaurants, campings, écoles, internats, casernes, gymnases, équipements sportifs, etc.,

Chaque feuille de calcul permet permet à la fois :

  • d’effectuer le bilan des débits équivalents ECS des différents équipements sanitaires en sur l’installation sanitaire,
  • de calculer le débit probable de l’ensemble de l’installation ECS,
  • de prédimensionner le diamètre du réseau de distribution ECS ainsi que le retour de boucle au niveau de la production ECS,
  • de dimensionner un système de  production ECS en instantané avec notamment la puissance thermique à prévoir,
  • de dimensionner un système de  production ECS en semi-instantané avec la possibilité de proposer une capacité de stockage et donc la puissance thermique qui en résulte et idem en semi-accumulation,
  • de dimensionner un système de  production ECS en accumulation avec un temps de réchauffage au choix.

En complément le programme dispose de différentes feuilles de travail permettant de constituer un dossier de pré-étude très rapidement avec schémas hydrauliques ainsi que le pré-dimensionnement des diamètres de liaisons des réseaux hydrauliques selon chaque schéma type de production ECS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 - LES CHARGES D'EAU CHAUDE SANITAIRE (ECS)

Les charges d'eau chaude sanitaire (ECS) sont calculées à partir de la quantité d'eau chaude ou de chaleur consommée mesurée par des compteurs individuels qui normalement équipent les appartements. A ces consommations individuelles sont ajoutés les frais d'entretien et de réparation des équipements communs de production et de distribution.

Pour le calcul de l'eau chaude sanitaire nous avons besoin des données suivantes :

  • Température de l'eau froide d'alimentation du chauffe-eau : 12°C est la température moyenne sur une année (l'eau froide est plus froide en hiver qu'en été)
  • Température d'eau chaude sanitaire : 55°C (C'est de l'eau chaude qui transite dans le compteur de l'appartement (Il est interdit de puiser de l'eau au-dessus de 60°C)
    1,163 : On a besoin 1,163 kWh en énergie pour élever la température de 1°C pour 1 m3 d'eau.
  • Le tarif EDF heures creuses: 0.0964 €/kWh TTC (tarif au 01/01/2013 hors abonnement)
  • Le tarif EDF heures pleines: 0.1391 €/kWh TTC (tarif au 01/01/2013 hors abonnement)

Calcul énergétique pour produire de l'eau chaude sanitaire (ECS)

Concernant des installations collectives le système de production d'eau chaude sanitaire est de type par accumulation (C'est-à-dire que l'eau chaude est stockée dans des gros réservoirs et la capacité correspond en principe à la consommation journalière).

La température de stockage est généralement plus élevée dans les réservoirs (80°C) mais la distribution d'eau dans les canalisations est ramenée à une température qui ne doit pas être supérieure à 60°C, c'est la réglementation qui l'exige.

Le fonctionnement d'une installation de production d'eau chaude sanitaire n'est jamais parfait, des pertes d'énergie ont lieu comme par exemple directement sur les chauffe-eau et sur le réseau de distribution. Les pertes énergétiques sont estimées globalement en moyenne à 10 à 15% en sachant que le départ général au niveau de la production ECS se fait à 60°C

Pour chauffer 1 m3 d'eau de 12°C à 60°C (C'est le m3 d'eau qui transite au compteur plutôt à 55°C suite à la chute de température dans le réseau) il faut donc dépenser en production d'énergie en sachant que les pertes par distribution sont intégrées dans le différentiel de (60 - 12°C), 0,90 sont les pertes thermiques des réservoirs ECS :

(1,163 x (60 – 12) x 1000) / 0,90 = 62,03 kWh pour 1 m3 d'eau chaude

Calcul du coût de facturation pour produire 1 m3 d'eau chaude sanitaire (ECS) relevé au compteur.

Le réchauffage de l'eau chaude se fait pendant la nuit durant les heures creuses, seule éventuellement une relance de jour peut se produire de temps à autre en cas de surconsommation dans la journée ce qui est rarement le cas.

Dans notre cas avec un fonctionnement en heures creuses, le coût de la consommation de l'énergie à produire de l'eau chaude reviendrait à 62,03 x 0,0964 = 5,98 € TTC / m3 (Ceci n'est que le coût énergétique en consommation d'électricité)

En plus du coût énergétique, il faut donc rajouter le prix de l'eau froide qui s'ajoute au coût énergétique à produire de l'ECS estimé à 3 € dans le cas présent (Ceci dépend du lieu) : Soit un coût global de 5,98 + 3 = 8,98 € TTC / m3 relevé au compteur.

On peut ensuite rajouter le coût de la maintenance et de l'entretien de l'installation, mais ceci ne devrait pas représenter plus de 10%.

Pour info : Avec un fonctionnement en heures pleines, le prix de l'eau chaude reviendrait à 62,03 x 0.1391 = 8,63€ + 3 = 11,63 € TTC / m3

 

Dernière mise à jour :

 

Copyright © 2003-2014 - ThermExcel - All Rights Reserved